Investiture de Trump et premières mesures choc…

trump-215


trump-215Voici le texte non tronqué, non censuré, non déformé par les journalistes malhonnêtes, du discours d’investiture de Donald Trump.

Monsieur le Président de la Cour suprême Roberts, Président Carter, Président Clinton, Président Bush, Président Obama, chers Américains et habitants du monde entier, merci. (Applaudissements)

Nous, citoyens d’Amérique, sommes maintenant unis dans un grand effort national pour reconstruire notre pays et rétablir sa promesse envers tout notre peuple.

Ensemble, nous allons déterminer l’avenir de l’Amérique et du monde pour les années à venir.

Nous aurons des défis à affronter. Nous aurons des difficultés à surmonter. Mais nous réussirons ce travail jusqu’au bout.

Tous les quatre ans, nous nous rassemblons sur ces marches pour assurer la transition des pouvoirs dans l’ordre et la paix. Et nous sommes reconnaissants au président Obama et à la Première dame Michelle Obama de leur bienveillance tout au long de cette transition. Ils ont été magnifiques. (Applaudissements)

La cérémonie d’aujourd’hui revêt cependant un sens très particulier. Parce qu’aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une simple passation de pouvoir entre deux gouvernements ou d’un parti à l’autre, mais du transfert du pouvoir des mains de Washington DC qui vous est rendu à vous, le peuple américain.

Pendant trop longtemps, une petite élite dans la capitale a récolté les bénéfices du gouvernement pendant que peuple en a assumé les coûts. Washington a prospéré, mais le peuple n’a pas eu sa part de cette richesse. Les politiciens se sont enrichis, mais les emplois ont disparu et les usines ont fermé.

L’establishment s’est protégé mais il n’a pas protégé les citoyens de notre pays. Leurs victoires n’ont pas été vos victoires ; leurs triomphes n’ont pas été vos triomphes ; et pendant qu’ils faisaient la fête dans notre capitale, les familles en difficulté partout dans le pays avaient peu de raisons de faire la fête.

Tout cela va changer, ici, et dès maintenant. Car ce moment est votre moment : il vous appartient (Applaudissements)

Ce moment appartient à tous ceux réunis ici aujourd’hui et à tous ceux qui nous regardent à travers l’Amérique. Ceci est votre jour. Ceci est votre célébration. Et ceci, les États-Unis d’Amérique, c’est votre pays.

Ce qui compte vraiment, ce n’est pas de savoir quel parti est au pouvoir ; mais si le gouvernement est contrôlé par le peuple. On se souviendra du 20 janvier 2017 comme le jour où le peuple a repris le pouvoir de cette nation. Les laissés-pour-compte de notre pays ne seront plus oubliés.

Tout le monde vous écoute dorénavant.

Vous êtes venus par dizaines de millions pour participer à ce mouvement historique comme le monde n’en avait encore jamais connu. Au cœur de ce mouvement se trouve une conviction profonde : la Nation existe pour servir ses citoyens.

Les Américains veulent de bonnes écoles pour leurs enfants, des quartiers où règne la sécurité pour leur famille, et de bons emplois pour eux-mêmes. Ce sont là les demandes justes et raisonnables d’un public vertueux.

Mais trop de nos concitoyens sont confrontés à une réalité très différente : des mères et leurs enfants piégés dans la pauvreté des nos quartiers défavorisés, des usines délabrées dispersées à travers notre pays comme des tombes dans un cimetière, un système éducatif inondé d’argent, mais qui laisse notre belle jeunesse sans éducation, et la criminalité, les gangs et la drogue qui ont volé trop de vies et ont confisqué à notre pays tant de son potentiel.

Ce carnage américain s’arrête ici et s’arrête maintenant.

Nous formons une seule nation, et leur souffrance est notre souffrance. Leurs rêves sont nos rêves, et leurs succès seront nos succès. Nous partageons un cœur, un foyer et une glorieuse destinée en commun.

Le serment que j’ai prêté aujourd’hui est un serment d’allégeance à tous les Américains.

Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de protéger les nôtres

Pendant des décennies, nous avons enrichi l’industrie étrangère aux dépens de l’industrie américaine, nous avons subventionné les armées d’autres pays tout en permettant le triste appauvrissement de notre armée. Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de protéger les nôtres. (Applaudissements)

Et nous avons dépensé des milliers de milliards de dollars à l’étranger alors que l’infrastructure de l’Amérique se délabrait et tombait en déclin.

Nous avons enrichi d’autres pays tandis que notre richesse, notre force et la confiance de notre pays disparaissaient à l’horizon.

L’une après l’autre, nos usines ont fermé et ont quitté nos rives, sans même une pensée pour les millions et millions de travailleurs américains laissés pour compte.

La richesse de notre classe moyenne leur a été arrachée de leurs foyers et a été redistribuée dans le monde entier. Mais ça, c’est le passé, et nous nous tournons maintenant vers l’avenir. (Applaudissements)

Nous qui sommes réunis ici aujourd’hui prenons un nouveau décret qui sera entendu dans toutes les villes, toutes les capitales étrangères et tous les centres du pouvoir.

À partir d’aujourd’hui, une nouvelle vision gouvernera notre nation.

À partir d’aujourd’hui, ce sera l’Amérique d’abord. (Applaudissements)

Toutes les décisions sur les échanges commerciaux, sur la fiscalité, sur l’immigration, sur les Affaires étrangères seront prises pour le bénéfice des travailleurs américains et des familles américaines. Nous devons protéger nos frontières des ravages causés par d’autres pays qui fabriquent nos produits, qui volent nos entreprises et détruisent nos emplois. (Applaudissements)

Cette protection aboutira à une grande force et une grande prospérité.

Je me battrai pour vous avec chaque souffle qui est en moi, et jamais, jamais, je ne vous laisserai tomber. (Applaudissements)

L’Amérique va recommencer à gagner, à gagner plus qu’elle n’a jamais gagné. (Applaudissements)

Nous allons ramener vos emplois. Nous allons rétablir nos frontières. Nous allons rapatrier notre richesse et nous allons retrouver nos rêves. (Applaudissements)

Nous allons construire de nouvelles routes, des autoroutes, des ponts, des aéroports, des tunnels et des voies de chemin de fer partout dans notre merveilleux pays.

Nous allons extraire les gens de l’aide sociale en leur retrouvant du travail, nous allons reconstruire notre pays avec la main-d’œuvre américaine et le labeur américain. (Applaudissements)

Nous allons suivre deux règles très simples : achetez Américain et embauchez des Américains. (Applaudissements)

Nous chercherons l’amitié et la bonne volonté des autres nations du monde, mais nous le ferons en sachant que toute nation a le droit de mettre ses propres intérêts en premier.

Nous unirons le monde civilisé contre le terrorisme islamiste radical que nous éradiquerons entièrement de la surface de la Terre

Nous cherchons pas à imposer notre mode de vie aux autres, mais de le faire rayonner comme un exemple éclatant à suivre par les autres. (Applaudissements)

Nous renforcerons nos vieilles alliances et en forgerons de nouvelles, et nous unirons le monde civilisé contre le terrorisme islamiste radical, que nous éradiquerons entièrement de la surface de la Terre. (Applaudissements)

Le socle de notre politique sera l’allégeance totale aux États-Unis d’Amérique, et par notre loyauté envers notre pays, nous redécouvrirons notre loyauté les uns envers les autres.

Quand vous ouvrez votre cœur au patriotisme, il n’y a pas de place pour les préjugés. (Applaudissements)

La Bible nous dit «comme c’est bon et agréable de voir les peuples de Dieu vivre ensemble dans l’unité».

Nous devons parler franchement, discuter de nos désaccords honnêtement, mais toujours rechercher la solidarité.

Lorsque l’Amérique est unie, rien ne peut l’arrêter. (Applaudissements)

Il n’y a pas de raison d’avoir peur. Nous sommes protégés, et nous le serons toujours.

Nous serons protégés par les hommes et femmes remarquables de nos forces armées et de la police, et le plus important, nous sommes protégés par Dieu. (Applaudissements)

Enfin, nous devons penser grand et rêver plus grand encore.

Nous n’accepterons plus les politiciens qui parlent et ne font rien, qui se plaignent tout le temps mais qui ne font jamais rien pour changer les choses

En Amérique, nous comprenons qu’une nation ne peut vivre que tant qu’elle en fait l’effort.

Nous n’accepterons plus les politiciens qui parlent et ne font rien, qui se plaignent tout le temps mais qui ne font jamais rien pour changer les choses. (Applaudissements)

Le temps des paroles creuses est fini. Maintenant, c’est l’heure du passage à l’action. (Applaudissements)

Ne laissez personne vous dire qu’on ne peut pas y arriver. Aucun défi n’est trop grand face au cœur à l’ardeur et l’esprit de l’Amérique.

Nous n’échouerons pas. Notre pays va réussir et prospérer de nouveau.

Nous sommes à l’aube d’un nouveau millénaire, prêts à percer les mystères de l’espace, à libérer la terre des misères des maladies, et à exploiter les énergies, les industries et les technologies de demain. Une nouvelle fierté nationale va animer nos âmes, élever notre regard et panser nos divisions.

Le moment est venu de nous rappeler les sages paroles que nos soldats n’oublieront jamais : que nous soyons noir, métis ou blanc, nous avons tous dans nos veines le même sang rouge des patriotes. (Applaudissements)

Nous jouissons tous des mêmes belles libertés, et nous saluons tous le même beau drapeau américain (Applaudissements)

Qu’un enfant naisse dans la ville tentaculaire de Detroit ou les plaines du Nebraska balayées par le vent, il voit le même ciel nocturne, son cœur est empli des mêmes rêves, et son souffle de vie lui a été donné par le même Créateur tout-puissant. (Applaudissements)

À tous les Américains, dans toutes les villes, proches et éloignées, petites ou grandes, d’une montagne à l’autre, d’un océan à l’autre, écoutez ces paroles :

Vous ne serez plus ignorés. (Applaudissements)

Vos voix, vos espoirs et vos rêves définiront le destin de l’Amérique. Votre courage, votre bonté et votre amour nous guideront toujours tout au long de ce chemin.

Ensemble, nous rendrons à l’Amérique sa force.

Nous rendrons à l’Amérique sa richesse.

Nous rendrons à l’Amérique sa fierté.

Nous rendrons à l’Amérique sa sécurité.

Et oui, ensemble, nous rendrons à l’Amérique sa grandeur.

Merci. Que Dieu vous bénisse. Et que Dieu bénisse l’Amérique. (Applaudissements)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction Alain Leger pour Dreuz.info.


A peine investit, Donald Trump et son équipe entame des premières mesures choc

Premier décret contre l’Obamacare

Dans le bureau ovale, il a signé son tout premier décret contre la loi d’assurance-maladie « Obamacare », texte emblématique de son prédécesseur Barack Obama, marquant sa rupture avec celui-ci.

Dans ce décret, Donald Trump ordonne aux diverses agences fédérales de « soulager le poids » de cette loi, en attendant son abrogation et son remplacement par le Congrès, a expliqué son porte-parole Sean Spicer. Cette loi de 2010, honnie des conservateurs en raison de son coût et de sa lourdeur administrative, vise à aider tous les Américains à souscrire à une couverture maladie.

On ignore la teneur exacte de ce premier décret et ses conséquences immédiates. La loi « Obamacare » ne peut en effet pas être effacée d’un coup de plume : le Congrès, à majorité républicaine, devra voter son abrogation, selon un calendrier qui n’a pas encore été annoncé.

Un second décret (un mémorandum) a également été signé par le nouveau secrétaire général de la Maison-Blanche, Reince Priebus. Celui-ci ordonne un gel général des réglementations fédérales jusqu’à ce qu’un nouveau ministre nommé par Donald Trump les approuve.

Les LGBT disparaissent du site de la Maison-Blanche

En parallèle, le site de la Maison-Blanche a été mis à jour par la nouvelle administration. La page dédiée aux droits LGBT (lesbien, gay, bisexuel et transsexuel) a été purement été simplement supprimée.

En revanche, le site propose une biographie de la nouvelle Première Dame, Melania Trump. Si celle-ci débute de manière traditionnelle avec des informations sur sa naissance ou sa carrière de top model, elle prend ensuite « un tournant promotionnel », note le « Washington Post ».

« Le site publie une longue liste des marques qui l’ont embauchées et des différents magazines où elle a fait des apparition », poursuit le quotidien, surpris.

La promotion a été jusqu’à vanter sa marque de bijoux, et de mettre un lien (supprimé depuis) pour les acheter sur la boutique américaine QVC.

Le réchauffement climatique porté disparu

Comme pour les droits LGBT, la page relative au changement climatique et aux engagements des Etats-Unis en la matière a été supprimée du site de la Maison-Blanche.

En revanche, un nouveau texte a été publié sur le site sitôt Donald Trump investi. Le nouveau président s’y « engage à éliminer les politiques non nécessaires et nuisibles tel le plan d’action pour le climat et les eaux », mis en place par Barack Obama. Censé mettre les Etats-Unis sur la voie de la transition énergétique, ce plan baptisé « Climate Action Plan » encourage les efforts en matière d’énergies renouvelables. Il avait été adopté lors du second mandat de Barack Obama.

« Lever toutes ces restrictions aidera énormément les travailleurs américains, augmentera les salaires de plus de 30 milliards de dollars sur les sept prochaines années », argumente la présidence, qui ne dit en revanche rien sur l’accord de Paris signé à l’issue de la COP21.

Reprise des forages des gaz et pétrole de schiste

Au détour de ce texte, la Maison-Blanche annonce que le forage des gaz et pétrole de schiste vont reprendre aux Etats-Unis, dont les réserves sont estimées à 50.000 milliards de dollars en valeur.

« L’administration Trump va embrasser la révolution des pétrole et gaz de schiste pour créer des emplois et apporter de la prospérité à des millions d’Américains », souligne le texte.

Durant la campagne, Donald Trump avait affirmé que le « concept du réchauffement climatique » a été « créé par et pour les Chinois pour empêcher l’industrie américaine d’être compétitive ».

Il a aussi décidé la future nomination de Scoot Pruitt, climato-sceptique assumé qui nie l’influence humaine sur le réchauffement climatique, à la tête de l’agence de la protection de l’environnement.

Vers un retrait de l’Aléna

Le programme publié par la Maison-Blanche précise que « le président Trump veut renégocier l’Aléna ». Cet accord de libre-échange nord-américain, entré en vigueur en janvier 1994, associe les Etats-Unis, le Canada et le Mexique dans une zone de libre-échange. Donald Trump a, durant toute sa campagne, accusé l’Aléna d’avoir encouragé la délocalisation d’emplois manufacturiers des Etats-Unis vers le Mexique.

« Si nos partenaires refusent une négociation qui apporte aux travailleurs américains un accord équitable, alors le président avertira que les Etats-Unis ont l’intention de quitter l’Aléna », poursuit la Maison-Blanche.

La Maison-Blanche fait également part de l’intention des Etats-Unis de se retirer du Traité de libre-échange transpacifique (TPP), tout juste négocié entre l’administration de Barack Obama avec 11 pays de la région Asie-Pacifique (mais pas la Chine) mais pas encore ratifié par le Congrès américain.

Les généraux Mattis et Kelly confirmés

Vendredi, en fin de journée, le Sénat a aussi confirmé à de très larges majorités les deux premiers ministres du gouvernement Trump : les généraux à la retraite James Mattis (Défense) et John Kelly (Sécurité intérieure). Les deux hommes ont été confirmé par respectivement 98 voix pour et une voix contre pour le général Mattis, et 88 voix contre 11 pour le général Kelly.

Ce dernier devra notamment s’occuper de la question sensible du contrôle des frontières. « Plus aucune nation n’est en sécurité sans amis, nous travaillerons avec le département d’Etat pour renforcer nos alliances », a-t-il fait savoir, tentant de rassurer les alliés des Etats-Unis après les propos de Donald Trump qui avait qualifié l’Otan d’alliance militaire « obsolète ». Il a également rendu un hommage appuyé aux services de renseignement, publiquement critiqués par le nouveau président.

James Mattis et John Kelly ont prêté serment à la Maison-Blanche tard dans la soirée de vendredi.

Après ces premières nominations, Donald Trump a par ailleurs appelé le Sénat à ne pas retarder le processus de confirmation et à voter rapidement sur les autres nominés.

Ces hommes blancs d’âge mûr qui vont gouverner avec Trump

# De nouvelles mesures dès lundi

Le week-end de Donald Trump devrait être calme avec seulement un office oecuménique (National Prayer Service), prévu samedi matin à la cathédrale Nationale de Washington, selon son agenda officiel.

En revanche, son équipe a annoncé que dès lundi de premières grandes décisions seront prises, vraisemblablement dans les domaines de l’immigration, du climat ou du travail. Donald Trump s’est notamment fait élire sur la promesse qu’il sera « le plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé ».

Reste que la constitution des équipes de son administration s’annonce difficile, tant la victoire a pris le camp républicain par surprise. Le tout conjugué avec le fait que jamais depuis 40 ans un président américain n’avait pris le pouvoir avec un niveau d’impopularité aussi élevé. Les premières semaines de gouvernance pourraient ainsi se révéler chaotiques.

elishean.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s